dimanche 24 janvier 2016

Météo du dimanche 24 janvier

Vent du 170 pour 15km/h, nuageux,
MLB

samedi 23 janvier 2016

Météo du samedi 23 janvier

Vent du 080 pour 9 km/h, visibilité 300m, brouillard, évoluant entre 07h00 et 10h00, visibilité 2km, brume, couvert à 250m, évoluant entre 13h00 et 15h00, vent du 170 pour 35km/h, rafales 55km/h, pluie.

MLB

dimanche 10 janvier 2016

LES VOEUX DE NOS COLLEGUES DU FMC DE REMSCHEID

Bonjour à tous,

Je vous retransmets les voeux de bonne année 2016 adressés par nos collègues du FMC de Remscheid, dont certains étaient venus nous rendre visite en septembre dernier :

Wir wünschen euch ein gutes neues Jahr und eine bruchfreie Saison 2016! Wir waren am 1. Januar zum traditionellen Neujahrsfliegen auf unserem Platz.

"Nous vous souhaitons une bonne nouvelle année et une excellente saison 2016. (sur la photo,) nous étions tous ensemble sur notre terrain pour la traditionnelle journée de vol du 1er janvier."

Bons vols à tous,
DL.


samedi 5 décembre 2015

Assemblée Générale CADQC

L'A.G. se tiendra le dimanche 10 janvier 2016, à partir de 09h30, à Pluguffan, salle du Pouldu.

A bientôt,

Marc LE BRET

samedi 10 octobre 2015

Parcours Multirotor Plerguer

Pour compléter le compte rendu de Michel, voici une vue aérienne du parcours réalisée par D.Wasselin:


Marc


mercredi 30 septembre 2015

Breizh FPV Racing 35 - Open Multirotor (2/2)

(suite de la première partie)

La seconde journée de la Breizh FPV Racing 35 à Plerguer commence par le réveil à l'hôtel et avant même de petit-déjeuner, des réglages sur la table de la chambre : changement de caméra pour Conan, simple reconfig du fail-safe pour moi (j'ajoute le beeper d'alerte, cela permet de localiser le quad à l'oreille dans l'herbe).

Au buffet du petit déjeuner de l'hôtel, nous croisons d'autres dronistes, Julien et Laurent, qui viennent de région parisienne... et qui terminerons premier et deuxième de la course (nous ne le savons pas encore).



Nous arrivons un peu avant 9h sur le lieu de la course, où la plupart sont déjà là. Tout le monde installe ses mallettes et valises sur les nombreuses tables et bancs mises à disposition (une bonne idée) dans l'espace de montage. De multiples rallonges ont fait leur apparition durant la nuit, permettant d'avoir des multiprises devant presque chaque table : bonne idée aussi, entre les fers à souder et les chargeurs, c'est très utile.



Les courses ne vont pas tarder, les lipos sont chargées, les quads sont sortis sur les valises.

En ce qui concerne le choix du matériel, une remarque s'impose : le maître mot semble "simplicité". une bonne partie des concurrents utilisent le châssis ZMR250 ou un équivalent : simple, très solide, vraiment pas cher (30€). Même ceux qui gagneront la course. L'heure n'est pas aux châssis onéreux et élitistes. La différence se fait surtout au pilotage, et pour les meilleurs dans l'affinage du choix moteurs/contrôleurs/hélices.

Une machine type : celle de Julien, le gagnant. Remarquez l'angle important de la caméra, justifié par la très grande vitesse pour ce pilote.


A titre de comparaison, j'utilise des moteurs Multistar à 15€ pièce, Julien le gagnant utilise des Cobra à 25€ , et les mêmes contrôleurs DYS 20A que moi - on ne se ruine pas ici. La radio reine est la Taranis, mais j'ai aussi vu une vieille Multiplex converties au 2,4GHz, quelques Futaba... Les cartes de vol Naze32 sont plus répandues que les CC3D, évidement pas de GPS ni de RTH, et on pilote en manuel (accro) la plupart du temps. Moins il y a d'éléments, moins il y a de risque de panne ou de casse.



Mon numéro est appelé pour la course, nous ne sommes que 5 à courir simultanément.

La première étape consiste à se rendre à la table du commissaire, qui m'enregistre puis m'affecte un émetteur vidéo (ou VTX, de la taille d'un ESC d'avion, surmonté d'une antenne en forme de champignon au bout d'un flexible blindé). Il me met sur le canal n°4, l'émetteur vidéo possède le même gros numéro dessus, qui correspond au numéro de ma chaise, et au n° du canal 5.8GHz sur la bande "Race Band".

Concentration ou digestion ?


Je scratche le VTX sur mon 250, je lui branche sa connectique d'alimentation puis sur ma caméra, puis je me rend à ma chaise n°4. J'allume ma radio, j’alimente le 250 avec sa lipo, et je le pose sur un carré en plastique placé devant la chaise. Je branche alors mon tunnel (écran au fond d'une boîte fixé devant les yeux; nous sommes seulement quelques-uns à ne pas avoir de Fatshark) sur le récepteur vidéo lui aussi numéroté 4 en gros, situé en haut d'un mât derrière ma chaise.



Mon juge est assis sur le chaise à côté, avec ses propres lunettes vidéo déjà branchées, et valide la bonne réception : "Vidéo OK". Il verra tout ce que je verrais durant la course, et chronomètrera. S'il voit que je rate une porte, il le signalera et je devrais la repasser. Si je vole trop haut pour qu'on puisse estimer si je passe les portes, il sortira le fouet. Mais aussi parfois il peut jouer discrètement le rôle de coach et donner des conseils : il est lui même pilote et concurrent, mais l'ambiance est à l'entraide.

Je place mon tunnel sur la tête, pendant que mon aide (lui aussi concurrent dans le civile) se place à côté : son rôle principal, outre d'aider aux branchement et aux mouvements quand on a les lunettes sur les yeux (certains pilotent debout) est de "spoter", garder le contact visuel avec le quad en vol, et intervenir si besoin (urgence).


La vidéo sur les yeux, je vois deux grosses chaussures arriver, puis la vidéo bouge de manière erratique : mon quad est soulevé par un commissaire de course, équipé de gants de protection, qui va le placer sur la grille de départ 30m plus loin. Dans mon dos, j'entends le public s'étonner au regard des 5 vidéos affichées sur 5 des 6 télés à sa disposition.



J'entends le compte à rebours du départ à partir de 5; j'arme les moteurs vers 2, puis je met les gaz au zéro qui est en fait remplacé par un coup de corne de brume. Je vois des petits points noirs s'éloigner : les concurrents plus rapides. On ne les voit pratiquement pas quand on est en course : le caméra grand angle ne permet de les distinguer que tout près, et en plus ils sont souvent noir. On a ainsi presque l'impression de courir seul. Mais le bruit de gros-bourdon des hélices et les cris des spectateurs lors des passage "limites ou au delà" ramènent à la réalité.



Je pousse la prof pour avancer, en gérant les gaz car ça le fait descendre, j'amorce le premier virage, assez doux, mais ça se complique car il se termine en épingle puis ensuite en une sorte de S : je rate la porte suivante, je fait un cercle vers l’extérieur pour revenir, mais ayant réduit les gaz et trop tiré sur les ailerons, je perds dangereusement de l'altitude. Avant que je réagisse, je tombe dans l'herbe, la vidéo devient floue puis se stabilise avec des bruns d'herbes qui poussent vers le ciel en bas : je suis sur le dos, impossible de redécoller.

J'enlève mon tunnel des yeux, et mon aide me rappelle d’éteindre ma radio pour déclencher le fail-safe et mettre le quad en sécurité. Après la course, les aides vont chercher les quads sur la ligne d'arrivée ou ailleurs sur le circuit.



Dans ma chance, ayant pris un départ lent, je ne me suis crashé qu'en 3ème, deux autres concurrents ayant eu le temps de tomber dans l'herbe ou de heurter une porte juste avant moi... Seuls les 3 premiers sont qualifiés à chaque course : je suis qualifié pour les demie finales (pool B)  ! Mais je ne les dépasserais pas, et toujours à cause de la même porte...

La fin de la matinée consistera à observer les nombreuses courses, au niveau naturellement de plus en plus élevé. Le plus rapide en finale fait les 3 tours dans un temps que je n'estime pour le moment même pas possible pour que je boucle un seul tour.

La course d'un concurrent en finale de Pool B :




L'après-midi sera consacrée à une course de relais, une expérimentation des organisateurs (la Neuneus Team) : des équipes de 3 sont formées par l'organisation en fonction des résultats aux qualif pour mixer des débutants/confirmé. Ces équipes s'affrontent par 2 (6 pilotes donc) au cours de course de relais : le 1er pilote de chaque équipe part, doit boucler 2 tours puis atterrir sur une cible. Le second décolle alors (ou si le précédent se crashe), pour 2 tours idem, puis ensuite le 3ème pilote. Ce dernier à droit à un 3ème tours si besoin, pour compenser un tour non validé par un crash. Il faut valider 6 tours en tout.



Cette course sera pour moi l'occasion d'une belle progression, car j'aurais réussi à faire un tour complet et validé, non sans avoir raté mais repassé avec succès plusieurs portes. Tour validé de justesse car je me suis crashé dans la porte d'arrivée ! Malheureusement, l'équipe en face fera mieux, nous n’accéderons pas aux demi-finale du relais.



Ce week-end fut excellent, dans une ambiance formidable et bon-enfant, tout à fait comparable aux descriptions de compétitions que m'ont fait des compétiteurs d'autres catégories telle que le F3K ou la voltige indoor : une ambiance d'entraide entre pote, de discussion technique utiles, de course motivante, etc...)

J'oublie certainement des tas de choses, d'innombrables points positifs (ex: les apéros, les galettes saucisses, la beauté du site et du circuit, la joyeuse humeur des organisateurs et des speakers, aucun incident, l'organisation comme sur des roulettes, un coup de main au démontage à la fin, le soleil, la remise des lots et une médaille + un petit lot pour tout le monde, le public curieux...) ou les quelques rares point négatifs qui relèvent du détail marrant (quelques nuages de fumées troublantes pour la concentration, un ou deux ronchons de service)



Pour plus d'infos, se référer au site officiel :
http://openmultirotorbrei.wix.com/breizhfpvracing35
ou au groupe Facebook de l'évenement (bourré de photos et de vidéos des participants) :
https://www.facebook.com/groups/1640723019502434/

(toutes les photos sont extraites du groupe Facebook de l'évenement ou de l'album Picassa de Conan et appartiennent à leur propriétaires respectifs )

Michel P.

lundi 28 septembre 2015

Breizh FPV Racing 35 - Open Multirotor (1/2)

Le weekend du 26 et 27 septembre 2015, j'ai participé à une course de drones en FPV au club de Plerguer (35), l'AMCCE : voici un récapitulatif de l’événement, qui m'a étonné et que j'ai beaucoup apprécié.

Nous sommes partis à deux avec Conan depuis Concarneau vers 6h30, pour une arrivée peu après 9h au terrain de l'AMCCE, proche de Saint-Malo. C'est la première fois que nous participions à une telle course, et nous ne savions pas trop à quoi nous attendre.

Et là, premier effet "Waouh!" : encore en train de rouler à 500m du terrain, nous avons vu se profiler à l'horizon, dans le soleil du matin, un importante quantité de drapeaux et de flammes en tissus multicolores, plantés en long et en large plus quelques structures élevées, intrigantes : "Mais c'est grand !".



Le circuit, monté sur le terrain en herbe du club, digne d'un green de golf, tracé avec plusieurs dizaines de flammes de sponsors, plusieurs portes en demi-cercle, un "tunnel" en forme d'étoile et une porte circulaire suspendue à 3 mètres de haut, faisait à vue de nez une petite centaine de mètre de long et 20 ou 30 m de large. Il était superbe et a impressionné tout le monde, car très au delà de ce l'on a pu voir dans d'autres événements équivalent.

Le tunnel en étoile, et la porte circulaire en hauteur


Première étape, nous nous garons et sortons le matériel, direction : le contrôle technique éliminatoire de toute machine inscrite : contrôle du fail-safe (les moteurs doivent s'éteindre si on coupe la radio) et présence de la bonne connectique vidéo et des bonnes tensions sur celles-ci.

En effet, les émetteurs et récepteurs vidéo standardisés sont prêtés à chaque vol et il y a interdiction d'apporter son propre système d'émission vidéo (risque d'interférences).



Première bévue : j'ai mis du 5V pour l'alim alors qu'il faut du 12V. Heureusement l'ambiance est sympathique dans la zone de montage, je trouve un concurrent qui me prête un fer à souder, que je branche sur un groupe électrogène, un autre des gaines thermos, et je coupe, et je soude dans la rosée du matin :-) Je ne suis apparemment pas le seul à avoir commis cette bourde...

Repassage au contrôle technique, validation, passage à l'inscription où Christian, le Seigneur des Badges, me donne le n° 29 :-) Finistère Power !



Le déroulé à venir est le suivant :
- samedi matin, vols d'entrainement
- samedi après-midi : qualifications
- dimanche matin : la course
- dimanche après-midi : une surprise



Le site est très bien organisé, avec une zone ouverte aux visiteurs (public) protégée par du grillage de 2,5 à 3 m de haut, derrière lequel la zone réservée à la compétition se répartie en une zone pilotes et une zone d'assemblage, puis au delà d'une zone vide : le circuit.

Le public à la chance d'avoir un barnum accolé derrière le grillage de la zone pilote, sous lequel sont présentes 6 grandes télés directement connectées aux vidéos des 6 pilotes en courses. Ils ont ainsi une vue direct sur les pilotes, le circuit au loin et la vue qu'ont chaque pilote.



Les vols d'entrainement sont lancés, il y a une grosse quarantaine de concurrents présent (sur les 50 maxi inscrits). On passe tous, 6 par 6 (6 canaux vidéos simultanés = 6 pilotes par course), dans l'ordre d'inscription.

On a pu faire deux vols d'entrainement; au premier je me suis crashé dans le 1er virage (il y en a au moins... heu... beaucoup) ; au deuxième j'ai réussi à faire les trois tours, mais en ratant à peu près 2 portes sur 3. En course, il y aura obligation de les repasser. Je ne pilote un mini racer que depuis 2 semaines, et en FPV que ponctuellement depuis moins d'un an et pas du tout en course. Mon niveau est parmi les plus bas, mais ... nous sommes nombreux dans le même cas !

Le samedi après midi est consacré aux qualifications, avec 2 séances prévues , puis finalement une 3ème car tout se passe vite et bien et on est là pour s'amuser quand même ! :-)

Le 1er vol de qualification, je passe le 1er virage, je rate le second drapeau, et en essayant de le repasser je me crash dans l'herbe. Si on vole trop haut au dessus des flammes (2 à 3 m de haut) on peut être théoriquement pénalisé par le juge.



C'est pas grave, pour le second vol, je me concentre à fond, je fais le vide autour de moi, je décide d'y aller plus doucement pour mieux contrôler mes trajectoires. Je décolle tranquillement, puis 20m après le départ, par manque de gaz, je heurte l'herbe et me retourne sur le dos.

Heureusement, un 3ème vol bonus de qualification est décidé par les organisateurs car il y a le temps. Ce 3ème vol se passe comme le premier, au même virage.

Tout cela dans la joie et la bonne humeur :-)

Bref je me retrouve en poule B, comme une bonne moitié des concurrents, et pour une bonne partie d'entre eux pour la même raison (DNF, did not finish).

La poule A regroupe la crème de la crème, ceux qui assurent le spectacle et se départagent au chrono. Les vols sont toujours un spectacle haletant, en vue direct ou sur les télés.

Voici la vidéo d'une des qualifications de Julien, qui gagnera la course le lendemain, et qui vole beaucoup plus vite que 90% de autres concurrents :



Pour chaque vol, le pilote doit être assisté d'un aide, qui observe le vol à vue (pas facile) et a la lourde responsabilité, si le vol devait devenir dangereux pour les personnes, d’éteindre la radio pour déclencher le fail-safe (extinction moteurs) - ça n'est jamais arrivé.



Le pilote possède aussi son propre juge, assis à côté, équipé de lunette vidéo, qui chronomètre et indique les fautes.Nous avons tous eu la possibilité de faire l'aide et même parfois le juge pour d'autres concurrents, car cela nécessite du monde.

La première journée se termine la nuit avec un repas-traiteur copieux digne d'un banquet d'Asterix, mais avec un cochon à la place du sanglier rôti.



Nous rentrons ensuite à l'hôtel recouvert de coups de soleil, l'estomac plein, des étoiles plein les yeux et plutôt fatigués.

La seconde journée, qui commencera vers 9h, avec la course et ses surprises, des concurrents forcés de respirer de la fumée de barbecue ou d'une origine plus stupéfiante... dans un prochain numéro :-)


(toutes les photos sont extraites du groupe Facebook de l'évenement ou de l'album Picassa de Conan et appartiennent à leur propriétaires respectifs )

Michel P.

PS : la seconde partie de l'article ici : http://cadqc.blogspot.fr/2015/09/breizh-fpv-racing-35-open-multirotor-22.html